Cie Bela&Côme

Photo bela comeEd71338 2 1

 

**** Création en cours - FURIOSA, Théâtre dansé ****

 

Du corps dans la voix. Une parole en mouvement.
Bela & Côme est une compagnie professionnelle née de la rencontre entre Bela Balsa et Côme Tanguy. Elle prend son essor en 2013 pour créer une entité dédiée à la création artistique en danse et théâtre. 

 

Bela Balsa est danseuse contemporaine formée au Portugal et en Belgique à l'Ecole Supérieure de Danse de Lisbonne et au Conservatoire Royal d'Anvers. Initialement formée au hip-hop avant de suivre ces cursus contemporains. Depuis toujours c’est la question de l’interprétation qui la passionne, qu’elle soit dansée, jouée ou chantée, convaincue de la richesse que chaque pratique apporte à l’autre. Dès lors, elle prend de plus en plus part à des projets mêlant différentes formes artistiques. A Bordeaux, elle développe ses projets au sein de l’Association La Clé du Quai, la Cie Bela&Côme et le collectif Les Fleurs du Mal et intervient auprès de compagnies de théâtre pour apporter sa connaissance du mouvement dans le processus de création. Actuellement elle travaille avec la Cie Claque la Baraque et la Cie des Petites Secousses. 

 

Côme Tanguy se forme à la danse contemporaine après une première approche en théâtre. A Bordeaux, auprès du conservatoire Jacques Thibaut et de la Cie Lullaby, puis auprès de différents pédagogues : Mark Tompkins, Tijen Lawton- Need Company, Mathilde Monnier, Wim Vandekeybus, Myriam Gourfink… Il intègre ensuite différents projets chorégraphiques, à l’Opéra National de Bordeaux, pour une création de Laura Scozzi et auprès du chorégraphe Eric Arnal Burtschy entre autres. Dès 2015,  il s’oriente vers la chorégraphie. En 2016, il reçoit le prix des Synodales avec Bela Balsa pour le duo L’Antigone de Clios. En 2017, il suit la formation chorégraphique PROTOTYPE IV, encadrée par Hervé Robbe. Sa pratique chorégraphique se développe entre projets professionnels et créations auprès d’un public amateur ou d’élèves en formation professionnelle, qui lui permettent de développer plus librement sa recherche entre danse et théâtre. En 2019, il est sollicité par la Cie des Petites Secousses pour assister chorégraphiquement à la création de Mme Magarotto. Son approche chorégraphique est marquée par une très grande attention portée au rythme et à l’espace, liée à une approche complémentaire entre le mot et le geste.

 

Si le coeur (ou votre petit côté geek) vous en dit, suivez-nous sur les réseaux ! 
Facebook et Instagram ;)

Accueil en résidence

La Compagnie Bela & Côme - L’association La Clé du Quai propose des accueils en résidence pour les artistes et compagnies du spectacle vivant, et plus spécifiquement en danse contemporaine et en théâtre. Cet accueil en résidence s’adresse en priorité aux compagnies et artistes installés dans la région bordelaise.

Cet accueil consiste en :

  • la mise à disposition du studio de danse sur une durée de cinq jours (du lundi au vendredi, de 9h à 16h).
  • la prise en charge des repas du midi au sein du café Tchaï pour les artistes sur le temps de la résidence
  • la possibilité d’un accompagnement artistique avec les membres de la Cie Bela&Côme (Bela Balsa et Côme Tanguy), en fonction des besoins de la compagnie
  • une présentation auprès d’un public restreint d’une ou plusieurs étapes de travail, selon l’envie et les besoins de la compagnie

L’espace de travail n’est pas grand et ne permet pas d’accueillir de grands groupes. Cela dépendra cependant de votre pratique et des éléments que vous choisissez de travailler pendant la résidence. 
Pas de technique lumière. 
Possibilité de stocker, le temps de la résidence, une très petite quantité de matériel.

N'hésitez pas à partager l'info autour de vous !

 

          DEPOSER UNE CANDIDATURE

​          VOIR L'ESPACE DE TRAVAIL

Création en cours

Furiosa

« Et si je prie c’est sans dieux
Si je prie c’est comme quand on dit : je vous en prie
Je vous en prie la vie et
Je ne sais pas de quoi je la prie mais
Je sais que la prière est lourde et noire »

 

Furiosa est le nouveau projet de création de la Cie Bela & Côme, prévue pour le Printemps 2021.
La mise en scène et en mouvement de cette pièce est une révolte contre l’absurde. Elle veut montrer par le corps comment toute violence pourrait n’être que douceur. Qu’être violent n’est qu’une façon de poser son regard sur la vie, et que l’on doit transformer ce regard avant tout. Le sens de ce que je vois et perçois n’est borné que par les limites de mon imaginaire. Tout comme ce que je refuse de comprendre.

Agir par violence n’est qu’une façon de poser son regard sur le monde.
Le sens que peuvent prendre un mouvement, un état ou un mot est multiple. Ces signaux peuvent s’appréhender de différentes façons. Selon l’intention, la dynamique ou les liens que nous créons entre eux, ils prennent une couleur spécifque. La polysémie est « le caractère d’un signe qui possède plusieurs contenus, plusieurs sens. » On usera dans la pièce de polysémie au sens large : nous jouerons avec la polysémie des mots, des gestes et des états.
L’interprète proposera ce texte en évoluant de propositions dansées en actions de jeu, et en mêlant les deux. Nous nous servirons du vocabulaire de la danse contemporaine et du théâtre contemporain.

Durée : 50 minutes
Interprète : Bela BALSA
Chorégraphie et mise en scène : Côme TANGUY 
Aide à la mise en scène : Jérôme BATTEUX et Jean-François COFFIN 
Texte : Stabat Mater Furiosa, de Jean-Pierre SIMEON 
Accompagnement à la production : Alice CAZE 
Soutiens : La Boîte à Jouer / La Faktoria - Choreographic center. 

 

Retrouver le dossier artistique complet : iciici

Répertoire

Et rien ne bouge

Pièce chorégraphique pour un public actif.
Les mouvements massifs de contestation sociale en France et dans le monde de ces dernières années nous poussent à nous emparer de cette dynamique pour questionner, à travers l’acte chorégraphique, ce qu’est le corps de la révolte : ses dynamiques, ses moteurs, ses enjeux et ses risques.
Tout l’enjeu de la pièce est de mettre en mouvement le spectateur : physiquement et intellectuellement. En trois étapes, nous proposons au public de questionner sa posture de spectateur, pour l’amener, par le biais de questions fortement ancrées dans les enjeux sociaux actuels, à se questionner personnellement sur les enjeux auxquels il est attaché, le conduisant enfin à se mettre en mouvement en collectivité.

Durée : 1 heure + temps festif et temps d’échange informel à la fin de la pièce. Chaque représentation amène les spectacteurs à se questionner et à échanger entre eux. Ayant eu l’occasion de se rencontrer pendant la pièce, le public est amené à en discuter naturellement à la fin de l’événement. 
Interprètes : Bela BALSA / Jérôme BATTEUX / Manon CAPRARO / Jean-François COFFIN / Laure DESPLAN / Alice LADA 
Chorégraphie : Côme TANGUY 
Aide à l'écriture chorégraphique : Bela BALSA 
Aide à la création sonore : Mariele BARAZIOL 
Textes : Jérôme BATTEUX

Et rien ne bouge - Trailer - Cie Bela&Côme / La Clé du Quai

Jocaste

Duo autour du personnage de Jocaste, mère et femme d' Oedipe.

“J’ai aimé Œdipe bébé, Œdipe jeune homme, Œdipe époux et père, amant fougueux, Œdipe imparfait, colérique, orgueilleux, Œdipe penaud et erratique… […] J’ai aimé mes cinq enfants Semblables et différents, débordants de vie : Ismène la douce, Antigone l’écorchée, Etéocle l’inquiet, Polynice le solaire, Œdipe le premier et dernier… »  Jocaste Reine de Nancy Huston. 

 

Chorégraphes et Interprètes: Bela Balsa & Côme Tanguy 

Jocaste

L'Antigone de Clios

"... Il n'a pas l'air méchant, mais il y a pourtant dans son regard quelque chose de sauvage et d'amer qui l'effraie et la subjugue. Elle ne peut s'empêcher de la regarder. (...) Qu'il est beau avec ce front haut sur lequel retombe ses cheveux noirs et bouclés, sa bouche éclatante sous le jeu amer du sourire." Antigone (H.Bouchau).

Ce duo est inspiré des personnages d'Antigone de Clios, dans la version d'Henri Bauchau (Oedipe sur la route et Antigone). La rencontre de ces deux personnages, dans leur errance à travers la Grèce, les transforme l'un l'autre. Clios est un homme violent et impulsif qui trouvera par Antigone sa sérénité. Elle, tout en dévotion et abnégation, incarne pourtant avec puissance le combat pour autrui. 

Ces deux êtres se rencontrent alors qu'ils traversent tous deux un même espace vide et infini. Antigone est d'une grande faiblesse physique et morale, en proie au doute, à chercher ce qu'elle est. Clios s'est éloigné de lui-même dans une recherche violente du goût de la vie. Leurs chemins vont se croiser plusieurs fois avant de trouver une trajectoire commune. Dans cet abysse qui les entoure, ils vont trouver successivement l'un dans l'autre un soutien et une façon d'avancer. Les chemins sont longs et le changement, en chacun d'eux, demande un travail patient. Ce sont ces pertes, ces croisements, ces retrouvailles, qui les font apprendre constamment l'un de l'autre.

Antigone comprend, peu à peu, qu'elle est sa force, ce qu'elle doit faire. Elle, qui n'est capable que d'être dans le moment présent, parvient à tisser des liens entre son propre passé et l'avenir qui l'attend. Clios, quant à lui, retrouve ce qui constitue l'éclat de son être: un calme, une beauté et une assurance qui lui permettent d'aider la jeune femme, tout en comprenant quelle est sa place dans l'univers. Pour autant, il n'est pas d'histoire d'amour entre eux. Si l'amour apparaît, c'est sous la forme d'un respect profond et d'une confiance absolue dans le choix et la destinée de chacun. Ils trouveront la force et la sérénité de laisser l'autre partir et accomplir sa vie.

Ces deux personnages, de haute inspiration mythologique, se retranscrivent ici pour construire des individus intemporels et présents, en accord avec la fonction même du mythe grec qui est de renvoyer à notre propre condition.
C'est avant tout l'histoire d'importants conflits intérieurs, de volontés contradictoires, qui trouvent un équilibre par le vecteur de la reconnaissance. Antigone et Clios finissent par se reconnaître.

Le plateau est nu. C'est un espace noir et sans limites où la lumière travaille à effacer les frontières matérielles et créer les espaces vides. Le regard n'a comme point d'accroche que ces deux êtres qui y tracent leur chemin, deux personnages livrés à leur sort. Les costumes sont simples et épurés.

©Guy Eichelberger - Concours des Jeunes Chorégraphes Les Synodales 2016 - Lauréats Prix des Synodales.

Clios